Le groupe d’immobilier de santé belge Aedifica acquiert 5.700 chambres dans des maisons de repos anglaises

Le Groupe Aedifica n’est sans doute pas inconnu des investisseurs. Le groupe immobilier coté en bourse est l’un des plus importants de notre pays et également un groupe à l’ambition saine. En 13 années d’existence, il s’est développé en un groupe possédant des actifs de 1,5 milliard d’euros.

Les investisseurs peuvent investir en bourse dans ce groupe avec un rendement sur dividende attendu de 3,5-4 % (moins retenue de 30 %).

Aedifica a annoncé hier qu’elle mettait 450 millions de livres sur la table pour financer l’acquisition de 93 maisons de repos au Royaume-Uni. Le R-U représente ainsi directement 23 % du portefeuille du groupe immobilier. Celui qui achète désormais des actions Aedifica place par conséquent 23 % de son argent dans des maisons de repos anglaises. Certainement pas un mauvais choix.

78.947 £ par chambre – 7 % de rendement locatif

Le groupe paie la somme de 450 millions de livres pour 5.700 chambres, ce qui revient à 78.947 £ par chambre. Ce chiffre est étonnamment similaire au coût des chambres particulières pour les investisseurs (70.000-90.000 £). Les rendements locatifs attendus sont de 7 %, ce qui est également fort similaire aux 8 % qui sont couramment proposés aux investisseurs particuliers.

Le CEO Stefaan Gielens: ‘Lorsque, par le passé, un si grand portefeuille était mis en vente, il s’avérait souvent bien trop cher. Ce n’était pas le cas ici. Lone Star vend son immobilier de santé avec une décote de 5 pourcent par rapport à la valeur estimée. Et les immeubles du portefeuille satisfont pleinement à l’ensemble des conditions que nous fixons chez Aedifica. ‘It ticks all the boxes’.’

Brexit

Le timing de cette communication, en pleine tourmente du Brexit, est naturellement très étonnant. Dans moins de cent jours, le R-U sortira de l’Union européenne. Pour le moment, que cette sortie intervienne au travers d’un accord commun ou bien après un Brexit dur et confus est loin d’être clair.

Le CEO Stefaan Gielens comprend les doutes, mais ne perçoit pas directement de grands risques pour Aedifica. ‘La plupart des scénarios catastrophe que l’on entend actuellement au sujet d’un Brexit dur se rapportent au secteur industriel. Les activités que nous avons reprises se situent dans une autre branche et sont financées sur le plan national. Il existe naturellement bel et bien un risque de change. Mais celui-ci est contrebalancé par le fait que nous procédons à cette acquisition à un moment où la livre est historiquement basse. Le moment était bon pour nous pour procéder à cette acquisition.’

Achetez votre propre chambre

Le communiqué de presse d’Aedifica comprend directement une mine d’informations sur l’immobilier de santé en Angleterre et la perception d’Aedifica à ce sujet.

Intéressant pour celui qui envisage de franchir lui-même le pas. Celui qui achète une chambre individuelle en Angleterre peut en règle générale s’attendre à un rendement locatif garanti de 8 % et plus et à des options de rachat entre 5 et 10 ans avec une modeste plus-value (1-2 % par an). Et vu que les dividendes sont bel et bien taxés mais les revenus locatifs pas, le rendement sur la chambre personnelle est naturellement sensiblement supérieur au rendement d’un investissement indirect.