Brexit? Quel Brexit?

Les remous du Brexit se sont quelque peu apaisés. Au revoir Cameron, bonjour May, et l’index FTSI est remonté au-dessus de son niveau pré-Brexit. Mais que signifie Brexit encore?

Now you see him, now you don’t

Quelques semaines à peine après le référendum, le Royaume-Uni a un nouveau premier ainsi qu’un nouveau gouvernement. Au lieu d’une marche pénible de plusieurs mois, la lute pour Downing Street a été réglée en un tout de main, et ce alors que les partis d’opposition se retrouvent dans les cordes. Corbyn est désormais désavoué par les trois quart de son parlement et le ‘super gagnant’ Farrel de UKIP a carrément jeté l’éponge. Tant de changements en si peu de temps. Qui était Cameron déjà? La série ‘Game of Thrones’ pourrait en fait s’inspirer des derniers événements; et de fait, ici aussi se sont les femmes qui finissent par dominer.

May a promis aux Britanniques que Brexit signifie bien Brexit: pas de nouveau referendum, pas de discussions oiseuses et réalisation des choix de l’électeur. La question est évidemment de savoir ce que Brexit signifie réellement. De nombreuses interprétations circulent, les scénarios ‘Bremain’ sont quand à eux déjà prêts et sont sérieusement évoqués par la presse britannique. Et pour peu que le lobby de la City entre en scène, le Brexit apparaîtra encore plus incertain.

En réalité, le ‘Brexit-light’ a désormais fait son entrée. Ce que cela signifie concrètement reste encore a définir mais, si cela ne dépend que des milieux financiers: le moins de changements possible. Comme ledit milieu possède un pouvoir d’influence certain, beaucoup pensent déjà que le bouillon du’ Brexit’ sera servi tiède.

Economie

Sur le plan économique, les avis sont partagés. Une livre basse peut-elle faire face à un manque de confiance? The Economist évoque à répétition des scénarios catastrophe, tandis que le Financial Times est beaucoup plus nuancé et vois également des opportunités. Ne jamais gâcher une bonne crise. La livre est entretemps stabilisée a un niveau inférieur et devrait vraisemblablement encore s’y maintenir pour quelques mois. Verrons nous une récession à court terme? La croissance sera t-elle inférieure ou supérieure à long terme? Les journaux britanniques sont remplis de spéculations à ce propos. Quoi qu’il en soit, les milieux économiques sont mobilisés pour ‘limiter les dégâts’ et limiter les changements autant que faire se peut.

Et l’immobilier?

Le marché londonien entre clairement dans une phase d’accalmie.  De nombreux investisseurs craignent en effet un exode des institutions financières vers d’autres rivages européens, avec pour conséquence une baisse de la demande et des prix à Londres. Cela étant, la spéculation internationale ayant eu pour effet de faire grimper les prix à Londres à des niveaux inouïs, un tel réajustement ne fera pas de mal.

Le reste du pays voit en revanche les prix des biens immobiliers rester stables. Avec un flegme tout britannique, le marché ne connait pas de ventes en urgence, ni de paniques d’agents immobilier et encore moins de baisse des prix. Les britanniques continuent de vivre comme par le passé, étudient, vont à l’hôtel et…vieillissent.

Nos partenaires – principalement au niveau des biens d’investissement – évoquent au contraire un fort accroissement d’intérêt de la part des investisseurs étrangers, principalement du fait du niveau exceptionnellement bas de la livre. A cet égard, un de nos projets (Daniël house in Liverpool) vient d’être entièrement souscrit. Nous voyons désormais beaucoup d’intérêt venir d’Asie.

Risque de hausse?

Le niveau bas de la livre implique à nos yeux plutôt un risque à la hausse, et de fait, il est possible aujourd’hui d’acheter un appartement ou un kot étudiant 10% moins cher qu’avant le Brexit. Une bonne nouvelle donc, permettant d’acheter plus spacieux pour le même prix en euros.

Bien entendu, investir en livres permet également de diversifier son risque sur l’Euro. La situation déplorable des banques italiennes est malheureusement annonciatrice de turbulences à venir sur l’Euro à court ou moyen terme.

Enfin, visiter le Royaume-Uni aujourd’hui est également plus intéressant.

Regardez aussi

Geef een reactie

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Vereiste velden zijn gemarkeerd met *