Cette année, j’investis avec un vrai rendement : l’immobilier d’investissement au R-U.

La bourse : telle un bébé

Investir dans la bourse, c’est comme un bébé : cela impose beaucoup d’attention et des nuits blanches.

Investir dans la bourse (et dans des fonds ou obligations cotés en bourse) constitue une façon classique d’investir de l’argent sur le long terme. Votre argent peut rapidement être converti en cash et, sur le long terme, vous pouvez vous attendre à un rendement total de 3 à 8 %. Largement supérieur à l’inflation, donc.

Mais la bourse ressemble tout de même un peu à un bébé : cela exige un petit peu de connaissances, une attention de tous les instants, cela entraîne des nuits blanches et tourne fréquemment de travers. 2018 n’a pas été une trop bonne année pour les marchés boursiers.

Et peu de fonds ou d’actions seulement offrent un rendement mensuel net appréciable. Plus de 3 % est tout à fait exceptionnel.

Immobilier : un rendement fixe.

L’immobilier bien choisi fournit par contre un rendement locatif fixe (et non imposable).

Les augmentations de prix énormes sont plutôt rares, mais les baisses de prix importantes sont également plutôt rares. Il n’y a en outre pas de relation entre la valeur de l’immobilier et les cours de la bourse et leurs fluctuations.

En contrepartie, vous devez évidemment disposer de montants plus importants et l’immobilier ne peut pas être converti en cash en une paire de clics.

Pourquoi l’immobilier en Angleterre ?

De par la fiscalité différente et les mécanismes du marché, l’immobilier en Angleterre (pas à Londres !) présente un certain nombre d’avantages très solides par rapport à l’immobilier belge :

    • Dans des villes comme Liverpool et Manchester, les montants des investissements sont faibles : vous y achetez une chambre pour étudiants à partir de 60.000 £ et un studio dans le centre-ville à partir de 110.000 £.
    • Grâce à la fiscalité, les rendements locatifs nets sont sensiblement supérieurs : comptez sur 5-7 % pour les projets résidentiels et 8 % pour les projets non résidentiels (chambres d’hôtels et appartements avec soins)
    • De nombreux projets sont proposés avec une garantie locative.
    • L’immobilier d’investissement est toujours proposé avec un contrat de gestion. L’on cherche des locataires, perçoit les loyers, règle la garantie etc.  Pas de tracasseries donc, et un professionnel qui gère l’immobilier.
    • Les petits appartements dans les centres se vendent facilement et rapidement, et toutes les chambres d’hôtels et appartements avec soins sont proposés avec des options de rachat.
    • Les experts en immobilier prévoient des plus-values de 4-6% pour les années à venir.

Et qu’en est-il du Brexit ?

Le Brexit, et ce à quoi il ressemblera, créent pas mal d’incertitude. Le secteur financier et les entreprises de production, en particulier, s’interrogent sur ce qui se passera à partir de mars 2019. Mais même après le Brexit, les gens devront se loger, étudier, vieillir, partir en vacances. L’immobilier est fondamentalement (en dehors de Londres) un marché local avec une demande et une offre locales, et les relations commerciales internationales ne constituent pas un facteur réellement important.

Ce qui est par contre évidemment important, c’est le cours de la livre sterling. En raison de l’incertitude autour du Brexit, ce cours est en ce moment historiquement bas. Il est difficile de savoir quel sera le cours quand vous revendrez, mais d’ici là, l’incertitude autour du Brexit sera probablement éclaircie.